Favoris d’août

Après que mon blog ait pris des vacances, et que je me prépare mentalement à la rentrée, je reviens avec mes favoris du mois-ci.

Livres

IMG_2118
Les Oliviers Du Négus, L.Gaudé.

Bon ok, ça va devenir quasiment sûr qu’à chaque article favoris, je présente un livre de Gaudé. Mais je l’aime.D’amour.

Les Oliviers Du Négus relate quatre histoires qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre, et la première –ma favorite– est l’histoire d’un homme fou qui pense avoir entendu les Enfers.(bref, thème récurrent chez Gaudé, qu’il a déjà traité dans La Porte des Enfers, THE livre trop bien.)
IMG_2120

 

 

« Je veux que nous gardions encore la marque du Négus : l’infirmité lumineuse de ceux qui ont dans le crâne des rêves trop grands et, dans le regard, la beauté des hommes insatiables. »

 

 

La Mort du roi Tsongor, L.Gaudé

Encore, toujours et pour toujours, Gaudé. Cette fois, avec un livre plus « classique », qui relate l’histoire du roi Tsongor, de sa mort, et des impacts sur la vie de ces enfants. Une quête vers l’apprentissage de la honte.

 IMG_2123

« Il contempla le lent flux et reflux de la mer, le mouvement de la mort. Il y avait dans ce spectacle quelque chose d’absurde et de révoltant. Comme un carnage inutile. »

 

Flash, C. Duchaussois

Quand en fin juillet, j’ai vu Amel à Grenoble, elle m’a offert entre autre ce livre ; un témoignage de la folie de la drogue en Inde dans les années 70. On vit la descente aux enfers d’un homme pris dans la drogue, d’abord douces, puis dures : ces dernières sont caractérisées par des piqûres -de morphines, etc- par le flash qu’elles procurent quand elles entrent dans les veines.

IMG_2119

 

 

Flash en anglais, cela veut dire : éclair.

Pour un drogué, cela veut dire : spasme.

Le Flash, c’est ce qui se passe dans le corps d’un drogué quand, poussé par le piston de la seringue, la drogue entre dans ses veines.

Ca a la violence de l’éclair et l’intensité du spasme amoureux.(…)

Il n’y a que la piqûre -la piqouze, le shoot, ou le fixe- qui donne le Flash.

Voilà pourquoi tout vrai drogué, un jour ou l’autre, en arrive fatalement à la piqûre.

Et devient un junkie.

Un Dieu.

Ou une loque.

Au choix.

 

Films

Ce mois-ci, j’ai continué ma quête de la culture cinématographique, en regardant un film vu il y a quelques années et qui était dans un endroit vague de ma mémoire : le culte, le magnifique, Orange mécanique, de Kubrik.

Ai-je vraiment besoin de le présenter ? La vie d’Alex, un peu psychopathe, sur un fond de 9ème, par Beethoven.

Puis, j’ai regardé un film, découvert je ne sais plus comment, Sleeper (ou Woody et les robots) par Woody Allen. Léger, drôle, et le mieux, c’est que dans ce film, les gens ont une machine à faire des orgasmes. Non négligeable.

Enfin, comme tout le monde presque je suis allé voir Lucy de Luc Besson, j’en suis tombé amoureuse, je l’ai vu deux fois. Le rythme, l’histoire, et surtout SCARLETT FUCKING JOHANSSON, de quoi faire une vraie bombe. De plus le film fait réfléchir je trouve, personnellement en sortant du cinéma j’avais vraiment envie de faire un truc de ma vie.

 

 

Musiques

IMG_2125
Comme Gaudé, je vais finir par vous présenter une chanson par mois qui s’appelle Broken et que j’écoute en boucle et qui est trop triste mais que voilà.

Broken // Seether ft Amy Lee

« Un soir la terre m’a raconté qu’il faudrait castrer les humains, car les erreurs se reproduisent, la preuve en sont tes gamins (…)Je sais je suis bizarre et quand j’arrive dans le métro, tous se demandent si dans ma poche il y a une bible ou un couteau, la première est plus meurtrière mais elle n’épluche pas bien les pommes. » Rien à ajouter.

La fin de l’espèce // Klub Des Loosers

Random

Bon, j’ai craqué, j’ai encore strecher mes lobes, ce qui fait que je suis (enfin) en 26 mm. Comme à mon habitude, j’ai commandé sur Crazy Factory et je suis juste en amour avec mes plugs.
IMG_2122

 

Crazy Factory, plug en acrylique, 2.80 euros en 26mm.

Puis, j’ai retrouvé un magazine acheté début de l’été spécial Nirvana. Je l’ai enfin dévoré, et j’en suis amoureuse, j’ai dû le relire une dizaine de fois.

IMG_2121

 

Enfin, alors que je rentrais de Montpellier et que j’attendais à la gare de Strasbourg, où il y a un piano mis à disposition, je suis tombé en amour avec la virtuosité d’un inconnu qui jouait My immortal, d’Evanescence. Après avoir parler avec lui, je me suis rendu compte que c’est une personne très aimable et très talentueuse. Il s’appelle JP, a un site, mais malheureusement peu de vidéo de ses prouesses. Allez tout de même faire un tour 😉

Le talent

 

Et voilà, c’est tout pour cet article plus que massif ! Merci d’avoir lu, courage pour votre rentrée, see ya 😉 ♥

Publicités

Une réflexion sur “Favoris d’août

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s